menu
Menu
account_box
Catégories
Contact
email Send us a message

Nous contacter

phone Par téléphone

+33 (0)1 42 25 12 79
Mar. - Sam., de 14h à 19h
+33 (0)6 60 62 61 90
Tous les jours, de 9h à 19h

email par Email

Plans & Adresses: contact@marcmaison.com

share Let's get social

Langue
Et aussi...
Ma sélection
(0 Objets)

Style Autre / Ref.13458

Louis - Constant SEVIN et Ferdinand BARBEDIENNE - Belle paire de vases d'ornement en bronze et émail cloisonné, vers 1862

Dimensions
Largeur : 30cm
Hauteur: 33cm
Profondeur : 29cm

Époque et provenance:
XIXe siècle.

Statut:
Bon état.

Cette belle paire de vases est le fruit de la collaboration entre Louis Constant Sevin (1821 – 1888), dessinateur et ornemaniste, et Ferdinand Barbedienne (1810 – 1892), bronzier-éditeur et fondateur de la maison Barbedienne, célèbre fonderie du XIXe siècle. En effet, bien qu'ils ne portent la signature que du dernier, on peut rapprocher nos vases d'une autre paire présentée sur le stand de la fonderie à l'Exposition Universelle de Londres de 1862 présentant le même décor. On doit à l'association de ces deux hommes – qui dura plus de trente ans, entre 1855 et 1888 - une importante série d'objets d'art et notamment des vases, présentant une gamme chromatique et une technique reconnaissables.

Nos deux vases ont été réalisés en bronze et présentent un remarquable et foisonnant décor en émail cloisonné. Le bronze doré sur fond bleu ainsi que la richesse polychrome des motifs évoquent un imaginaire et une inspiration venus d'Orient. Ils reposent sur trois pieds en bronze doré à décor de têtes de félins se terminant par des pieds en griffes. On constate dans leur décor et leur forme une inspiration orientale mais surtout éclectique, caractéristique de la tendance artistique sous le Second Empire. En effet, Constant Sevin s'est inspiré des motifs appartenant au répertoire décoratif arabe, perse ou encore byzantin pour le décor. Tandis que les anses à têtes de félins stylisés tendent à rappeler l'Egypte, la technique de l'émail cloisonné remonte au Moyen-Âge.

Avec leurs créations d'objets au décor émaillé, Ferdinand Barbedienne et Constant Sevin participent à la renaissance de l'émail champlevé au milieu du XIXe siècle. En effet, les ornements polychromes, omniprésents dans les arts industriels sous le Second Empire, trouvent dans cette technique une expression parfaite. Inspirée des exemples d'émaux champlevés du Moyen-Âge, cette technique connaît alors une innovation qui consiste à obtenir directement à la fonte le réseau des cloisons afin de produire un dessin d'une netteté et d'une régularité irréprochables. Les premiers essais techniques de la maison Barbedienne ont été réalisés vers 1858 ; quatre ans plus tard, elle présente à l'Exposition Universelle de Londres, un stand principalement composé d'objets d'art incrustés d'émaux – dont certainement le modèle de nos vases - qui ne laisse pas la critique indifférente. Alfred Darcel (1818 – 1893), critique d'art, parla en ses termes dans son compte-rendu de l'Exposition Universelle de 1862 publié dans la Gazette des Beaux-Arts : « Parmi les nombreuses œuvres d’art exposées par M. Barbedienne, nous n’avons rien vu de plus frappant que les objets décorés d’émaux, genre d’ornement qu’il a su appliquer avec succès. […] Avec des émaux peints qui ne lui cédaient en rien aux plus belles œuvres des premiers maîtres du XVIe siècle. […] »

Prix: sur demande

Merci de nous contacter pour plus d'informations.
Demander le prix