menu
Menu
account_box
Catégories
Contact
email Send us a message

Nous contacter

phone Par téléphone

+33 (0)1 42 25 12 79
Mar. - Sam., de 14h à 19h
+33 (0)6 60 62 61 90
Tous les jours, de 9h à 19h

email par Email

Plans & Adresses: contact@marcmaison.com

share Let's get social

Langue
Et aussi...
Ma sélection
(0 Objets)

Style Autre / Ref.13016

Charles LABARRE (-1906) Plaque ronde en porcelaine de Sèvres « Chanson de Printemps » d’après W. Bouguereau (1825-1905), vers 1890

Dimensions

Diameter: 57cm

Époque et provenance:
France, vers 1890

Statut:
Bon état

Cette ravissante plaque en porcelaine de Sèvres présentée dans un beau cadre en bois et stuc doré sculpté d’une tore de laurier a été réalisée par le peintre sur porcelaine Charles Labarre vers 1890.
Charles Labarre était un peintre sur porcelaine renommé, actif dans les années 1890 qui a notamment travaillé à Doulton Burslem et Sèvres. Ses décors peints sont tous caractéristiques d’une peinture traditionnelle néo-classique aux couleurs douces, où s’épanouissent des décors aux sujets inspirés d’un imaginaire antique. Il choisit de reproduire ici le fameux tableau de William Bouguereau, Chanson de Printemps, présenté lors de l’Exposition Universelle de 1889 à Paris et acquis par le marchand d’art Américain, Knoedler pour sa galerie à New York. Resté dans la collection d’une famille New-Yorkaise depuis, il fut de nouveau présenté en salle des ventes en 2007, puis en 2019 chez Christie's.

Ce tableau monumental esquisse l’expression d’un sujet qui apparaît fréquemment dans la production de Bouguereau. Appelées « tableaux de fantaisie » par l’artiste, ces peintures fournissait le parfait véhicule de son dévouement à la création de belles formes et de couleurs harmonieuses. Dans Chansons de printemps, le peintre cherche à capter l'essence du printemps dans tous ses sens. La beauté de la jeune fille, les fleurs sur ses genoux, la jeunesse des putti qui chantent dans ses oreilles, les fleurs jaillissant du sol sous ses pieds évoquent les images, les sons et les odeurs du début du printemps dans la campagne. L'artiste peint comme s'il exultait dans la tendresse de la chair et l'épanouissement de la vie. Par ailleurs, la jeune femme représentée ici n’est autre que l’actrice de théâtre Gabrielle Drunzer (1873-1915), considérée à l’époque comme l’une des plus belles actrices françaises et qui apparaîtra par la suite dans de nombreuses compositions du peintre.

William Bouguereau est né à La Rochelle en 1825 et fait preuve dès son plus jeune âge, d'un talent inouï pour le dessin et la peinture. À vingt ans, il s'installe à Paris pour étudier à l'École des Beaux-Arts, où il apprend à maîtriser le style qui le définira en tant qu’artiste et qu’il défendra jusqu’à la fin de sa vie, la peinture académique. Il se consacre principalement aux scènes historiques ou mythologiques et donne une importance toute particulière à l'anatomie humaine, qu’il représente de façon idéalisée (basée sur la sculpture classique) et à l'équilibre des couleurs. Son talent est très vite remarqué et en 1850, il reçoit le prestigieux Prix de Rome ce qui lui permet de résider pendant trois ans à la Villa Médicis à Rome et de découvrir les chefs-d'œuvre de l’antiquité et de la Renaissance qui inspireront et marqueront son œuvre, notamment celles de Véronèse et Titien. Dès son retour en France, il participe assidûment au Salon parisien chaque année, où il est remarqué en 1863 par Napoléon III et sa femme Eugénie qui lui achète son tableau "La Sainte Famille". Cette faveur impériale accélère l’envol de sa carrière et bientôt les commandes de la royauté européenne et de l’aristocratie américaine affluent.

Prix: sur demande

Merci de nous contacter pour plus d'informations.
Demander le prix